Feux de récolte

Chaque année, à partir du printemps et tout au long de la saison estivale, les sapeurs-pompiers du Cher sont fortement mobilisés pour lutter contre les feux d’espaces naturels. Si les feux de forêt sont médiatisés, les champs, les chaumes et les récoltes ne sont pas épargnés. Aussi, dans le département du Cher, ils ont représenté plusieurs centaines d’interventions en 2022.

Des poussières qui s’enflamment dans un engin agricole, des courroies qui s’échauffent, des roulements coincés, un pot d’échappement brûlant, un mégot jeté depuis la route par inattention ou malveillance … et le feu démarre.

Et, le danger est encore plus présent lorsque ces trois facteurs sont réunis : des sols secs, des températures élevées et un vent violent.

En moins de 10 minutes, le front de flammes peut parcourir un kilomètre et donner naissance à un feu incontrôlable, qui se propage et atteint les haies, les champs, les habitations.

Les matériaux incandescents transportés par le vent peuvent également être à l'origine de nouveaux départs, en aval du front de flammes et parfois à plus d'un kilomètre de celui-ci.

La prévention de ces incendies démarre en amont des moissons ont rappelé les sapeurs-pompiers du Cher, lors des réunions de sensibilisation sur la prévention des feux de récolte, en mai dernier.

En effet, l’entretien des machines agricoles (graissage des mécanismes, recherches de fuite) est primordial. Il permet de limiter les points chauds par friction ou frottement. Le dépoussiérage des machines agricoles est également indispensable pour éviter l’accumulation de matières inflammables.

Le risque incendie peut aussi se réduire lors de la moisson :

  • D’une part, en choisissant de moissonner le matin ou en soirée, lorsque les températures sont moins élevées.
  • Et d’autre part, en respectant un certain ordre : débuter la moisson par le milieu du champ afin de délimiter deux parcelles distinctes et créer un coupe-feu ; puis réaliser le pourtour du champ pour éviter la propagation d’un feu éventuel à la végétation voisine. Si le vent est soutenu, il convient de le prendre en compte en moissonnant face au vent. Ainsi, en cas de départ de feu, celui-ci aura tendance à s’étendre vers une surface déjà moissonnée. La propagation sera moins rapide et l’incendie n’attaquera que le chaume et les céréales seront préservées.

Enfin, si malgré les précautions un incendie se déclare, les réflexes doivent être identiques à n’importe quel feu :

  • Essayer de traiter l’incendie, sans se mettre en danger, avec un extincteur adapté.
  • Appeler le 18 ou le 112 et indiquer à l’opérateur la localisation précise (notamment avec des coordonnées GPS avec un smartphone par exemple), la nature de la récolte, la surface du champ, la surface brûlée et les risques de propagation.
  • Se mettre en sécurité dans une zone sûre (zone au vent) et éviter de respirer les fumées. Attendre les secours dans un endroit facilement visible. Réaliser un coupe-feu avec un déchaumeur, sans prendre de risques, est également une option possible en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers.

Prévention des risques - les feux de récoltes  (format pdf - 4 Mo)